ActualitéEducationSanté

Millau. La mode du gaz hilarant ne fait pas rire tout le monde…

Il est surtout consommé par les collégiens, lycéens et étudiants. Ils recherchent l’effet rapide, fugace, euphorisant et les distorsions sensorielles ressenties avec ce produit.

Le « gaz hilarant » ou « proto », c’est du protoxyde d’azote. Pour son usage « alimentaire », le gaz est en vente libre, sous la forme de cartouches (pour les siphons à Chantilly par exemple) ou de bonbonnes.

Son usage détourné consiste à inhaler le gaz par le biais d’un ballon, après avoir « cracké » la cartouche pour l’ouvrir. Le produit est bon marché et facilement accessible dans les commerces de proximité (épiceries, supermarchés) et sur Internet.

Millau n’échappe pas à la mode. Selon des collégiens interrogés, il y en aurait même « partout ». Dans les soirées, chez les copains, à l’extérieur… « On trouve souvent des cartouches vides à la Maladrerie », assure l’un d’eux.

Des cartouches dans la cour du collège

Seulement voilà, à côté des effets euphorisants et des éclats de rire, le protoxyde d’azote peut avoir des effets bien moins désirables, voire dangereux : asphyxie par manque d’oxygène, brûlure par le froid du gaz, vertiges, désorientation, perte de connaissance, chute… « En cas de consommations répétées et à intervalles rapprochés et/ou à fortes doses, de sévères troubles neurologiques, hématologiques, psychiatriques ou cardiaques peuvent survenir », assurent les autorités sanitaires.

Ce mercredi matin, Christine Bouix, principale du collège Marcel-Aymard, a appelé « a une grande vigilance » dans un message envoyé aux parents. « J’attire votre attention sur un produit en vente libre pour usage courant dans la cuisine, la recharge de siphon à chantilly dont on a retrouvé des cartouches hier dans la cour du collège », écrit-elle. Avant de demander « d’être très vigilants et de sensibiliser vos enfants aux dangers que présentent ces pratiques ».

Bien qu’en vente libre, offrir ou proposer du protoxyde d’azote n’est pas sans conséquence : organiser une soirée avec « proto » ou en offrir à ses amis peut engager votre responsabilité en cas d’incident ou d’accident.

Bouton retour en haut de la page
X