ActualitéEtat-civil

Millau. Hommages à Serge Ighilameur

Jean-François Galliard, président du conseil départemental 

« Serge Ighilameur était une voix forte et respectée. Il était emblématique de cette mémoire harki qu’il a toujours su défendre avec conviction et dignité. Il nous arrivait de partager les souvenirs d’une époque que j’ai, moi aussi, connue, et j’ai toujours été frappé par sa lucidité et la force de son engagement. »

Alain Marc, Sénateur de l’Aveyron 

« Avec le décès de Serge Ighilameur, son président départemental, la communauté des Harkis de l’Aveyron perd son plus fervent défenseur.

Serge Ighilameur a mis toute son énergie -qu’il avait grande- à porter la cause des Harkis dans deux domaines essentiels : le devoir de mémoire (en prenant par exemple l’initiative de l’édification de plusieurs stèles commémoratives) et la reconnaissance par la Nation des droits des Harkis et de leurs descendants.

Il a su conduire cette double mission, dont on mesure la difficulté, avec dignité et conviction, nous interpellant sans relâche sur la place qu’ont tenue les Harkis dans notre Histoire commune.

Il a droit à notre gratitude, à partager avec l’ensemble de la communauté des Harkis de l’Aveyron aujourd’hui dans la peine.

Les relations de confiance qui étaient les nôtres m’ont permis de côtoyer un vrai patriote, engagé et généreux.

Dans ces moments douloureux, j’adresse mes condoléances à sa famille, à ses proches, à la communauté aveyronnaise des harkis. »

Michel Durand, adjoint municipal, délégué au personnel et aux Anciens Combattants

« Serge Rabah Ighilameur, Président départemental des Harkis de l’Aveyron vient de nous quitter.

Figure emblématique et ardent militant de la cause des Harkis, il parlait tout haut, sans détour.
Près de six décennies après les accords d’Évian, il n’avait de cesse d’œuvrer pour faire

passer le statut des Harkis du silence à la reconnaissance. Reconnaissance des blessures infligées par la France à tout un peuple depuis la fin de la guerre d’Algérie et la consolidation de son enracinement dans la Communauté nationale. Si aujourd’hui une voix forte vient de s’éteindre, nul doute qu’elle continuera longtemps à chuchoter son combat à nos oreilles.

À sa famille, à ses proches et à toute la communauté Harkis de l’Aveyron, la ville de Millau et l’ensemble de son Conseil municipal présentent leurs plus sincères condoléances. »

 

Bouton retour en haut de la page
X