Les acteurs du projet « Avatars - l’Abri » ont présenté les différentes étapes de sa naissance à l'exposition finale. ©Millavois.com

Une dizaine de patients du centre de santé mentale de l’hôpital de Millau vont participer à un projet culturel « Avatars – L’Abri » co construit avec l’association Aveyron Culture et orchestré par Aurélie Fourrier plasticienne et Sylvain Corentin, sculpteur.

« Avatars – L’Abri » est né d’une collaboration entre Noëlle Valgalier ergothérapeute du service de psychiatrie et Nicoles Théron, éducatrice spécialisée sur les ateliers polyvalents la Chrysalide. Porté par les deux artistes et « un coup de cœur » entre les professionnels du centre de santé mentale et l’association Aveyron culture, il s’inscrit dans le cadre du dispositif « culture et lien social » et il est au programme « Culture Santé et Dépendance » de la DRAC Occitanie.

Son objectif est de permettre l’accès à la culture aux personnes qui en sont les plus éloignées, que ce soit en raison de freins sociaux, géographiques ou culturels.

Jean-Dominique Gonzalès médecin-chef du pôle psychiatrie, en précise l’importance.

« Par définition, l’aliénation mentale entraine une coupure entre le sujet et la société. Au traitement pharmacologique il est important d’ajouter un traitement social pour réintégrer le sujet dans la société : le lien social par la culture est essentiel »

Plusieurs étapes

Le projet « Avatars – L’Abri » se construira en plusieurs étapes. Après une rencontre entre tous les intervenants dans l’été pour découvrir les sculptures de Sylvain Corentin le sculpteur, le second temps se déroulera au Centre de santé mentale dans l’atelier d’ergothérapie. Il s’agira de créer des poupées qui seront les avatars des créateurs pour peupler une sculpture-abri avec Aurélie Fourrier qui en précise le sens.

« La fabrication et la conception de ces personnages c’est une façon de se libérer en créant son propre avatar, une représentation de soi, les facettes qui nous composent ».

La technique utilisée sera celle des marionnettes indonésiennes avec du matériel de récupération et dont le centre dispose.

Dans un troisième temps, les patients participeront à une résidence de création de quatre jours au Musée des Arts buissonniers à Saint-Sever du Moustier. Guidés par l’artiste Sylvain Corentin, ils réaliseront une structure essentiellement en bois de récupération qui abritera les avatars et qui prendra place à l’extérieur du centre de santé mentale.

« Elle est une cabane refuge, un lieu sacré, une sorte de monde intérieur et un bouclier. »

Le résultat final n’est pas connu précise Aurélie Fourrier. « C’est un projet non figé, il a des bases et un fil conducteur, mais il évoluera avec les sept patients du centre pour aboutir à une exposition ».

En effet, une exposition itinérante des poupées est envisagée dans des lieux improbables. Un montage photographique, en utilisant le support numérique, sera réalisé pour pouvoir alimenter l’exposition et ainsi « boucler la boucle ». Les patients seront invités guider le public au fil de l’exposition. Avatars – L’Abris est financé par l’association de santé mentale du sud-Aveyron, Aveyron Culture et la DRAC.