Le deuxième dimanche de juillet approche, jour du traditionnel pèlerinage de la Sainte-Epine à Coudols, commune du Viala-du-Tarn, et ce depuis le Moyen Age !

Après quelques années d’arrêt dans les années 2000, le pèlerinage a repris, comme dans beaucoup de lieux où les laïcs ont maintenu la tradition populaire vivante. Et même s’il n’attire plus des cars entiers de pèlerins comme autrefois, c’est quand même une assemblée vivante qui y participe, apportant ses peines et ses joies, renouant avec ce qui n’existe plus dans notre société laïque et matérialiste : un espace et un temps intérieurs.

Bref rappel historique

En 1825 fut faite l’authentification des Saintes Reliques, dont la Sainte Epine. L’origine du pèlerinage de la Sainte Epine remonte loin dans le temps. En effet, c’est en 1248 que Déodat de Bonnefous, de retour de Jean d’Acre et des Croisades, ramena la très précieuse et très sainte relique à l’église de Coudols.

Le reliquaire abritant la Sainte Epine.

Saint Louis avait fait édifier la Sainte-Chapelle à Paris pour protéger la couronne d’épines portée par le Christ pendant sa passion du tribunal à la croix. Et c’est une épine prélevée sur la couronne qui vint apporter la renommée au village en promouvant la dévotion et le pèlerinage.

Sur le chemin de Croix

Depuis « un temps immémorial », de très nombreux fidèles se pressent le deuxième dimanche de juillet, venant souvent de très loin pour vénérer ce souvenir christique mis à l’honneur dans un reliquaire spécial disparu au fil du temps. Actuellement, le reliquaire abritant la Sainte Epine est constitué d’un métal doré, sans réelle valeur.

Rendez-vous dimanche 12 juillet à 9h30 en haut du village de Coudols, pour le chemin de croix en extérieur puis la descente en procession et la messe à 10h30 dans l’église du village, dans le strict respect des consignes sanitaires actuelles. Venez masqués !