Une nouvelle aire de covoiturage sur la commune de Saint-Léons

Vendredi matin, Jean-François Galliard, président du Conseil Départemental, entouré de techniciens et d’élus, s’est rendu sur la nouvelle aire de covoiturage de La Glène, commune de Saint-Léons. Il en a profité pour mettre en avant la politique de réduction des trajets automobiles menée par le Département.

Située au carrefour des routes départementales 29 et 911, sur la commune de Saint-Léons, l’aire de La Glène offre six places de stationnement pour un besoin quotidien.

Les travaux ont été réalisés par l’entreprise Colas – Ferrié. Les terrassements ont été effectués en novembre 2019 et les travaux de revêtement en mai – juin 2020 suite à la période de confinement.

Cette aire a été entièrement financée par le Conseil Départemental pour un coût de 20.000 €. Une convention a été signée pour confier l’entretien de cette aire à la commune de Saint-Léons.

Déjà 34 aires aménagées sur l’ensemble du département

Dans le cadre de ses actions en matière de développement durable et en application de son Agenda 21 et de son plan climat, le Département de l’Aveyron souhaite promouvoir une politique de réduction des trajets automobiles.

Le Conseil Départemental a engagé une réflexion pour promouvoir le covoiturage, en complément et en cohérence avec le schéma départemental des transports voté en novembre 2012. Cette réflexion a conduit lors de la commission permanente du 31 mars 2014 à l’approbation du schéma départemental des aires de covoiturage sur le réseau structurant du département.

Ce schéma prévoyait l’aménagement de 82 aires. Sur la période 2014-2015, 21 aires de covoiturage ont été aménagées par le Département.

Dans le cadre de la loi NOTRe (7 août 2015), la Région a récupéré la compétence du volet mobilité comprenant les transports, mais également les aires de covoiturage. De ce fait, le département n’a pas poursuivi ce programme en 2016.

Lors de la réflexion sur la répartition des compétences, le département de l’Aveyron et la région Occitanie ont convenu que chacune des collectivités pourrait aménager des aires de covoiturage sur leur patrimoine.

Le Département a décidé de voter au budget une enveloppe spécifique aux aires de covoiturage ce qui a permis de réaliser deux aires en 2017, 6 en 2018 et 5 en 2019.

Au total, 34 aires de covoiturage ont donc été aménagées par le Département sur la période 2014-2019, 6 aires dans le cadre des travaux routiers et 28 aires dans le programme spécifique d’aménagement des aires de covoiturage.

Le montant d’aménagement de ces 34 aires s’est élevé à 986.500 €, financé à 100 % par le Département.

Une fréquentation freinée par le Covid

Depuis la mise en service, on a pu constater un taux de fréquentation de ces aires en constante évolution. Environ 200 véhicules sont stationnés quotidiennement sur ces 34 aires.

« L’épidémie de Covid-19 a fait chuter considérablement les pratiques de covoiturage, de même que le trafic. Depuis le déconfinement, la pratique reprend peu à peu », note Jean-François Galliard.

Les trois aires les plus fréquentées sont l’aire des Molinières (RD 888, entre La Primaube et Baraqueville) avec une moyenne de 24 véhicules par jour, l’aire de Saint-Germain (RD 911, Millau) avec 22 véhicules par jour, et l’aire de Bel Air (RD 1, entre Lanuéjouls et Alglars-Saint-Félix), avec 15 véhicules par jour. A l’opposé, les services du Département recensent 13 aires avec un taux de fréquentation « très faible ».