© Arnaud Viala

Depuis ce matin, des images volées jettent l’opprobre sur nos éleveurs de brebis, sur la filière agroalimentaire ovine de l’Aveyron et sur tous les acteurs de la production du Roquefort.

Les méthodes des lanceurs d’alerte sont partout les mêmes : intrusions dans des lieux privés, montages grossiers, messages biaisés. Pour avoir participé aux travaux de la commission d’enquête parlementaire diligentée en 2016 à l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage, j’ai pu mesurer les écarts entre la réalité et les perceptions induites par ces pratiques.

Lors de ces travaux, j’ai personnellement visité – à l’improviste – de nombreux élevages et abattoirs aveyronnais et de la région Occitanie. Les règles sont précises et claires. Elles doivent être appliquées et respectées et les éventuels écarts sanctionnés.

En revanche, il n’y a rien à cacher et chacun sait qu’il faut sans cesse améliorer les processus et chacun le fait, notamment par les efforts permanents pour que tous les maillons de la chaîne soient aux mains d’acteurs locaux et connaisseurs.

En tant que fils d’éleveur de brebis, habitant et élu d’une commune, d’un territoire et d’un département rural où l’élevage est indiscutablement le maillon essentiel de la vie économique, sociale, de toutes les dynamiques locales, je ne peux pas accepter ce tribunal médiatique dévastateur.

Je pense à toutes ces femmes et à tous ces hommes dont l’élevage est une vocation, non pas un métier et qui font tout pour se transmettre des savoir-faire ancestraux de génération en génération, dans un contexte difficile. Je pense aussi à tous les salariés et acteurs de la filière qui se battent sans relâche pour porter haut les couleurs de nos atouts territoriaux. Ils ont et auront toujours tout mon soutien.

Nous savons tous que les consommateurs exigent – légitimement – de la transparence sur les origines des produits qu’ils achètent, sur les pratiques, et sur le respect de l’animal.

C’est un dû et l’Etat doit en être garant – à chaque instant. Mais les images choc, sciemment et sournoisement mises en scène, qui mettent en cause toute une filière et un pan essentiel de notre économie ont un tout autre objectif : celui de tromper, de susciter le doute et de diffuser une idéologie qui masque son nom. Ne nous laissons pas abuser.

Arnaud Viala
Député de l’Aveyron

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com.
Ses contenus n’engagent pas la rédaction.