Lundi soir, le maire de Millau Christophe Saint-Pierre tenait une ultime conférence de presse à quelques jours du second tour des élections municipales. L’occasion pour le maire sortant de faire un bilan de cette campagne marathon, et notamment de l’avant second tour si particulier, marqué bien sûr par la crise sanitaire liée au Covid-19.

« On avait bien conscience que ce serait une campagne très particulière, avoue Christophe Saint-Pierre, à la fois en raison du délai qui nous sépare du premier tour, mais aussi compte tenu des contraintes qui ont été les nôtres avec la limitation au maximum du contact direct avec les électeurs. »

Un manque de proximité atténué par une campagne intensive des membres de la liste « Millau en action » sur les réseaux sociaux. « Nous y avons été très présents, et il y a notamment une forte dynamique autour de notre page Facebook », sur laquelle le candidat a noté « une réelle hausse des statistiques, des partages et des commentaires ».

A noter aussi un quatrième Facebook Live qui devrait être diffusé vendredi. En l’absence de réunions publiques, la présence sur les réseaux sera complétée par « un recto verso qui synthétise les idées fortes », distribué dans les boites aux lettres jeudi et vendredi.

« Je suis assez satisfait de la campagne du second tout que nous avons mené, résume Christophe Saint-Pierre. L’équipe était restée en contact pendant la période de confinement, mais il fallait traduire ce contact par une vraie dynamique d’équipe sur ce second tour. Nous n’avions plus de local, il a fallu maintenir le lien et la dynamique… »

« Le vote utile, c’est le vote Millau en action »

Passé ce premier coup de rétro sur la campagne, le candidat est rentré dans le vif du sujet en évoquant « l’importance du choix de ce second tour ».

« Nous avons souvent l’habitude de dire qu’en matière d’élections, au premier tour on s’exprime et au second tour on essaie d’avoir un vote de raison. Je crois qu’avec la distance qui sépare les deux tours, cette notion de vote de raison, de vote utile, est encore plus marquée et plus importante. »

Comprenez par là, le vote utile, c’est le vote « Millau en action ». « Nous avons passé une période difficile, on sait très bien que l’on va être amené à revoir notre façon d’exercer l’autorité municipale, et c’est le moment de se positionner sur le choix d’un projet. »

Et d’inviter les électeurs à faire le choix de l’expérience. « Pendant 6 ans on a pris connaissance des dossiers et on a les a préparés. On a eu un acte un peu fondateur en 2015 qui était le schéma de développement urbain sur lequel il y avait déjà en gestation des projets que l’on mène aujourd’hui. Ce schéma de développement urbain, on l’a développé pendant tout le mandat ce qui fait qu’aujourd’hui on a engagé plusieurs actions et nous serons en mesure très rapidement de pouvoir mettre en avant des orientations très précises. »

« On a toutes les cartes en main et on ne perdra pas de temps »

Une connaissance des dossiers et une rapidité d’action mises en avant, sur des sujets pas vraiment choisis au hasard. « Quand j’entends certains de mes concurrents dire qu’il faut travailler sur la mixité sociale en cœur de ville, ça relève de la notion de l’incantation, pose Christophe Saint-Pierre. Le travail que l’on a fait avec la communauté de communes depuis cinq ans, ce que l’on fait dans le cadre de l’amélioration de l’habitat, a permis que l’on se dote de véritables outils pour travailler sur la mixité sociale, et nous avons multiplié par quatre les moyens dans ce domaine-là. »

Et de prendre un autre exemple, celui de la mobilité, l’un des axes forts de la campagne de son adversaire la plus frontale, Emmanuelle Gazel. « Nous sommes prêts à développer les projets qu’on a imaginés. Quand on parle de mobilité, de déplacements doux, il y a le fait de dire  » il faut faire du vélo « , mais après il y a le fait que depuis deux ans on travaille avec la communauté de communes dans le cadre du schéma des pistes cyclables sur le fait de travailler concrètement et sur le mode de financement et sur le calendrier ».

Au moment de faire le choix le dimanche 28 juin, « il faut que les électeurs l’aient bien en conscience, espère Christophe Saint-Pierre. On sort d’une période de crise, il faut que très rapidement l’équipe qui va être choisie soit en capacité de se mettre en place très rapidement et d’engager très rapidement des dossiers. Si les électrices et les électeurs font le choix de notre liste le 28 juin, ils ont la garantie que l’équipe sera prête à se mettre au travail dès le 29 juin et à poursuivre les projets qui ont été les siens. »

« C’est une force d’efficacité, on a toutes les cartes en main et on ne perdra pas de temps », assure le candidat de la liste « Millau en action ».