Le directeur du magasin et les employées débrayent tout aujourd'hui. D'autres actions pourraient être menées avant la fermeture définitive début juillet.

Depuis ce matin, le personnel de La Halle manifeste devant le magasin de la place du Mandarous. Une mobilisation qui ressemble au chant du cygne, puisque le sort de l’enseigne est déjà scellé, le tribunal de commerce de Paris ayant officialisé le 2 juin, le redressement judiciaire de La Halle.

Si certains magasins devraient être repris au groupe Vivarte au niveau national, celui de Millau va baisser le rideau et être remplacé au mois de juillet par une enseigne alimentaire, Carrefour City.

« Nous sommes là pour montrer notre mécontentement et faire savoir que nous ne sommes pas d’accord quant aux conditions », alerte Guillaume Alaux, le directeur du magasin millavois. « Il y a toute une série d’informations que l’on n’a pas, notamment concernant la supra-légale » (une indemnité supra-légale est une indemnité versée au salarié, supérieure à celle qui est exigée par la loi, NDLR). « Nous ne savons pas non plus si les salariés seront repris ou pas… »

Christophe Saint-Pierre, maire de Millau, et Jean-François Galliard, président du Conseil départemental, en discussion avec les employées.

« On craint de repartir avec une main devant et une main derrière »

« Même si les dés semblent jetés » concernant les six employés (4 temps pleins et 2 temps partiels), « nous aimerions partir avec un minimum de dignité », se désole Guillaume Alaux qui craint, comme son équipe, « de repartir avec une main devant et une main derrière ».

Une pétition peut-être signée devant le magasin.

Rappelons que La Halle est ouverte sur le Mandarous depuis 1999. L’enseigne avait remplacé les Nouvelles Galeries après une année de fermeture.