© Millavois.com

La cause des personnels soignants a rassemblé près de 400 personnes devant le centre hospitalier de Millau mardi 16 juin en fin d’après-midi. Une mobilisation « rassurante » pour les porte-paroles des syndicats présents et qui « fait chaud au cœur ». 

Après les avoir applaudis tous les soirs à 20h pendant des semaines, il fallait passer la vitesse supérieure pour défendre les personnels soignants. C’est chose faite un peu partout en France où des rassemblements ont été organisés par des associations syndicales.

© Millavois.com

À Millau, ils étaient près de 400 à s’être réunis à l’appel de plusieurs syndicats : médecins, aide-soignants, secrétaires médicales, personnalités politiques de tous bords (et de toutes les listes), militants et patients s’étaient donné rendez-vous pour défendre les soignants, leurs conditions de travail et leur rémunération.

Les revendications sont les mêmes que partout sur le territoire, les soignants dénoncent un manque criant de moyens, une pénurie de personnels, la politique de fermeture des lits et des services, la tarification à l’acte, des salaires trop bas, des contrats précaires…

Selon Corinne Mora déléguée CGT, la crise sanitaire que nous venons de traverser « a montré le dévouement et la mobilisation sans faille de l’ensemble du personnel hospitalier en dépit des conditions très compliquées dans lesquelles il a dû travailler, mais ne doit pas occulter les graves problèmes et les inquiétudes légitimes au sujet de l’hôpital de Millau ».

Corinne Mora et Christian Barbut. © Millavois.com
© Millavois.com
© Millavois.com

Aucune communication

Le centre hospitalier de Millau est sous administration provisoire depuis un an et demi et jusqu’à la fin du mois de juin. À ce jour, on ne connait pas encore la manière dont sera administré l’hôpital après cette échéance.

« En dépit de nos demandes répétées à l’ARS, nous ne savons toujours ce qui va se passer, de même pour l’hôpital médian dont on ne connait ni le projet médical ni la capacité d’accueil, ni le nombre de personnels, ni le financement ».

Une situation qui « devient insoutenable et engendre un malaise profond au sein du personnel, qui vient s’ajouter à une surcharge de travail engendrée par le manque de personnel dans certains services ».

« Depuis des années dans la rue »

Christian Barbut, porte-parole du syndicat Sud Solidaire à l’hôpital de Millau a pris la parole rappelant que la contestation ne datait pas d’hier et que ça faisait « des années que les hospitaliers et le médico-social étaient dans la rue pour faire des revendications légitimes ».

Devant les propositions du gouvernement concernant le Ségur de la santé qu’il qualifie de « vaste plaisanterie » il précise que les syndicats sont « prêts à négocier, mais pas à accepter n’importe quoi ».

« On ne nous enfumera pas, n’acceptons pas ce néo-libéralisme qui est en train de nous détruire année après année, les salaires des catégories C sont pour certains en dessous du SMIC, c’est inacceptable, ça suffit » !

La manifestation a fortement mobilisé le corps médical, mais également des Millavois soucieux de l’avenir de leur hôpital comme un couple de retraités venu pour « montrer qu’ils soutenaient les soignants et qu’ils ne laisseraient pas l’hôpital partir de Millau les bras croisés ».

Les revendications sont fortes et l’ensemble des syndicats affirment qu’ils ne lâcheront pas, même pendant l’été, laissant présager d’autres actions.

La manifestation s’est terminée par une salve d’applaudissements, symbole que la lutte continue, mais pas contre un virus cette fois !

© Millavois.com
© Millavois.com