Image d'archive. Grève du personnel au centre hospitalier en 2019. ©Millavois.

Dans un communiqué, les syndicats Sud et CGT de l’hôpital de Millau invitent la population à participer à un rassemblement devant le centre hospitalier pour soutenir les personnels de santé mardi 16 juin à 18h.

Depuis de nombreuses années les personnels hospitaliers, des EHPAD et du médico-social alertent sur la dégradation permanente de notre système de santé notamment notre hôpital public. Restriction budgétaire, manque de financement, fermetures de lits et de services, restructurations incessantes, pertes d’emplois… Voilà la traduction du quotidien des hospitaliers. Pour les personnels, les conditions de travail se dégradent et les salaires sont bloqués depuis dix ans.

À l’hôpital de Millau, le constat est simple : en dix ans, un tiers des lits en médecine, chirurgie et obstétrique a été supprimé, le plan dit de « performance » a supprimé une quarantaine d’emplois en deux ans, les déficits cumulés ne font qu’augmenter amplifiant la dette. Les politiques sanitaires de nos gouvernements respectifs mettent réellement en danger nos hôpitaux, créant le risque de leur disparition pure et simple.

La seule réponse aux difficultés des hôpitaux du Sud-Aveyron est la proposition d’un hôpital médian dont on ne connait toujours pas le contenu, l’impact sur l’offre de soins et son lot de suppression d’emplois. Le seul fait annoncé est son financement à hauteur de 40 millions d’euros ce qui est d’emblée un sous financement. Sa structure juridique : un groupement de coopération sanitaire (GCS) qui peut être de nature publique et/ou privée !

La crise sanitaire avec le Covid 19 a mis en lumière le manque de matériel de protection, le manque de lits, de médicaments… Toutes les difficultés pour prendre en charge correctement cette pandémie.

Pourtant, même avec ses manques, les personnels de santé ont fait face pour répondre à leur mission. Les personnels attendent des réponses concrètes et ne se satisferont pas de quelques médailles.

Nous voulons des budgets corrects pour fonctionner, la suppression de la tarification à l’acte telle qu’elle est conçue qui transforme le soin en marchandise et met les établissements en concurrence.

  • Nous revendiquons l’arrêt des fermetures de lits et de services.
  • Nous demandons une reconnaissance professionnelle par une revalorisation générale des salaires de tous les personnels, nous sommes dans le peloton de queue des pays de l’OCDE.
  • Nous exigeons l’amélioration des conditions de soins pour les usagers par l’embauche de personnels qualifiés notamment dans les EHPAD.

Les organisations syndicales, les collectifs inter-urgence, inter-hôpitaux, printemps de la psychiatrie et les collectifs des usagers appellent à une journée nationale d’action et de grève le 16 juin.

Syndicats Sud et CGT de l’hôpital de Millau