Millau. La famille Trouche a accompagné l’histoire du tennis millavois

En 1926, la pratique du tennis s’est structurée avec la fondation du TC Millau. Mais avec quel matériel jouait-on ? Dès 1927, le TCM cédait les balles, achetées par le club, à prix coûtant à ses membres. Et ce jusqu’en 1949.

Au milieu des années 30, M. André Trouche fut le premier à créer un rayon spécialisé dans le tennis aux Galeries Parisiennes. Né en 1903, André Trouche épousa une demoiselle Baldy en 1925. Et de leur union naquit Jean Trouche, en 1926.

Les Galeries Parisiennes Baldy-Valez, où furent vendus les premiers articles de tennis à Millau.

Les Galeries Parisiennes Baldy-Valez, c’était un impressionnant bazar où l’on trouvait de tout. Très tôt, André Trouche, homme passionné, ouvrit un rayon pêche, musique, coutellerie… Puis André se diversifia dans le tennis. Il vendait essentiellement des cadres. Il cordait lui-même à l’aide d’une machine toute simple. On exerçait la tension sur les cordes manuellement, étant donné la fragilité des cadres en bois de l’époque. Jean, le fils d’André donc, corda sa première raquette en 1939, à l’âge de 13 ans. Le client étant pressé, son père absent, Jean se chargea du travail.

Les Galeries Parisiennes.

En 1939, c’est le début des hostilités. André est envoyé en STO (Service de Travail Obligatoire). Il reviendra d’Allemagne en 1943. C’est d’ailleurs en 1943 que le magasin des Galeries Parisiennes fut vendu à M. Paillès, minotier à Saint–Georges-de-Luzençon. Par la suite, plusieurs enseignes ont occupé cet emplacement : Monoprix, Intersport. En 1944, André et Jean créèrent leur entreprise, rue Montplaisir, une fabrique de jouets en bois et de vente de raquettes de tennis dans un premier temps.

Les Trouche ont donc accompagné l’histoire du tennis millavois. André a été un des premiers sponsors des championnats organisés par le TCM. Jean a, lui, intégré le bureau de la section du SOM tennis en 1970, sous la présidence de M. Rainero, en tant que trésorier. Il était vice-président en 1990 et Président d’honneur en 1997.

Dans les années 40, d’autres commerces d’articles de sport ouvrirent à Millau. Franck Balmayer, ancien rugbyman, également assureur, lança le sien, situé au 4 avenue de la République. Franck Balmayer était alors membre du Tennis Club du Parc, créé en 1948. Lui aussi sponsorisa les tournois du TCM dès 1950. Il fut le troisième président de la section tennis du SOM, après Maître Bernad et M. Maurand.

Franck Balmayer (à droite), fondateur d’un des premiers commerces de sport millavois.

Dès 1945, il existait également la Maison Vrignaud, « Chez SIKI », place Emma Calvé à Millau. Ce commerce était tenu par Clotaire Vrignaud, également entraîneur de foot, au temps de l’ASM. Cette offre de magasins illustre bien l’essor des pratiques sportives et du tennis à Millau.

La fameuse machine à corder manuelle de la famille Trouche.

Hervé Bianquis tient à remercier Dominique Merle, la fille de Jean Trouche, pour les nombreuses précisions qu’elle a pu lui donner.