« Occitanie et communication »

©Florent.P.

Nul ne pouvait imaginer que ce virus venu de Chine aurait un tel impact sur notre vie quotidienne et sur la vie économique de notre pays. « Les jours heureux » ne sont pas encore là et il nous faut continuer de vivre autrement.

Les mois que nous venons de passer, repliés sur nous-mêmes ont été pour beaucoup l’occasion d’être encore plus attentifs aux images télévisées et nous ont donné le temps de lire. La presse a certainement bénéficié d’une attention accrue.

Madame la Présidente de la Région Occitanie ne s’y est pas trompée : journaux régionaux et locaux ont profité de sa communication tous azimuts, les entreprises, les particuliers, le commerce, les transports et autres ont fait l’objet de pages complètes suppléant ainsi les annonceurs traditionnels devenus défaillants faute de clientèle potentielle.

Madame la Présidente, photos à l’appui, a été sur tous les fronts. Il faut dire que les élections régionales sont dans un an et après tout ce sont les électeurs qui payent.

Ainsi on a découvert que la Région Occitanie est « La Région des solutions ». Ceci porte à croire que les autres régions n’ont pas cette capacité. La modestie ou plus simplement l’honnêteté aurait dû pousser Madame la Présidente à afficher plus simplement « La Région a des solutions » pour enlever ce côté prétentieux et donc excessif.

Mais à vouloir en faire trop, il arrive que l’on tombe dans le ridicule. Tel est le cas des affiches rouges qui fleurissent sur le territoire et qui proclament « J’achète en face à face pour mettre un visage sur les commerçants de ma région ».

Il est vrai qu’actuellement le face-à-face et le visage des commerçants ne sont pas la chose que l’on découvre le plus facilement. Visages masqués, on ne reconnait plus son fournisseur habituel qui perd de vue ses clients. Un message qui coute assez cher aux contribuables régionaux et qui est pour le moins mal à propos.

Élus régionaux, rassurez-vous on ne vous en tiendra pas rigueur, car cette campagne est sous la seule signature de la Présidente et non sous celle de l’institution à laquelle vous participez. Laissez lui revendiquer cette maternité.

Me Jean-Louis Esperce

Avocat honoraire

Ancien Conseiller régional Midi-Pyrénées