Millau. Le confinement en van, ce n’est pas de tout repos…

David est un vanlifer. Comprenez, il vit dans un van. Saisonnier en Suisse, il revient en France suite à la perte de son emploi en raison de l’épidémie de coronavirus.

N’ayant pas de domicile fixe, et donc pas d’adresse où effectuer son confinement, il décide, en compagnie d’autres vanlifers, de s’installer « dans un endroit où il ne fera pas trop froid »… ce sera sur un parking de la commune de Saint-Beauzély, à deux pas de Millau.

« Les dix premiers jours de la quarantaine se passent super bien, explique David. On est super bien, complètement isolés de l’extérieur. Une fois par semaine, il y en a un qui va faire des courses pour le reste du groupe. »

Mais voilà, le onzième jour, « les choses se compliquent un peu »… Explications en vidéo du jeune homme qui ne gardera pas forcément un bon souvenir des gendarmes de la brigade de Saint-Beauzély…