Millau. « Ne pas nous faire prendre des hôpitaux pour des lanternes »

© Hôpital de Millau.

L’hôpital médian est un leurre très utile pour les candidats qui n’ont pas de projet pour Millau. En lui-même, ce dossier dépasse très largement les compétences d’un maire.
Il n’est d’ailleurs pas anodin que ce soit le candidat Rouve qui ait été le premier, me semble-t-il, à dégainer ce sujet, alors qu’il peine à nous proposer le moindre projet un tant soit peu concret pour Millau. Lui est donc POUR l’hôpital médian, ainsi que l’actuel maire – tous deux en revendiquent même une sorte de paternité. M. Ramondec est CONTRE ainsi, si j’ai bien compris, que l’extrême gauche (que par ailleurs, dans ses prises de paroles, je n’ai toujours pas entendu nous parler de Millau).

OK, nous avons les « pour » et les « contre » : tout ça paraît clair, net et précis, mais il y a un loup malgré tout. Car le fait que notre futur.e maire soit pour ou contre, en l’occurrence, n’a aucune importance puisque le dossier ne dépend pas de la mairie et que la décision a déjà été prise.

Se définir en mode binaire – POUR ou CONTRE – revient à parler dans le vide, tout au mieux.

Emmanuelle Gazel est la seule parmi les cinq candidats à ne pas faire de langue de bois et à ne pas chercher à nous faire prendre des hôpitaux pour des lanternes. Son positionnement est d’autant plus clair qu’il n’est pas simpliste ni démagogique : elle engagera tout le poids de sa fonction de maire et présidente de la communauté de commune pour faire exister les Millavois dans les décisions qui seront prises à de plus hauts niveaux concernant cet hôpital.

Elle aura trois boussoles : la qualité de l’offre de soins, le maintien de l’emploi et la participation des Millavois. Je crois que sur ce dernier point, madame Gazel a déjà fait ses preuves notamment par le travail qu’elle effectue au niveau de la région Occitanie (cf. les budgets participatifs mis en place par l’équipe actuelle), mais aussi par la façon dont elle mène sa campagne (cf. consultation citoyenne et ateliers participatifs).

Le souci de faire exister les Millavois est clairement démontré dans la dernière prise de position d’Emmanuelle Gazel et de son équipe sur le sujet : pas de réponse « populiste » qui consisterait à dire aux électeurs ce qu’ils ont envie d’entendre, mais un engagement quotidien et déterminé pour obtenir et leur donner accès aux informations qui leur permettront de connaître enfin les enjeux et de prendre position sur des bases rationnelles et concrètes.

S’il y a opacité et langue de bois, je crois qu’elles ne sont pas à chercher chez la candidate d’union de la gauche, mais bien chez ses quatre adversaires, les POUR comme les CONTRE.

Barthélemy Nikolov

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com.
Ses contenus n’engagent pas la rédaction.