Millau. Il y a cinq ans, Pierre Solassol s’en est allé

C’était il y a cinq ans, un mardi 24 février, Peire de Vairau, de son vrai nom Pierre Solassol, figure emblématique du village de Veyreau sur le Causse Noir, nous quittait à l’âge de 80 ans.

Pierre Solassol est né à Millau en novembre 1934. Il fut pâtissier-chocolatier, puis postier, occitaniste accompli et militant, randonneur et défenseur de notre patrimoine local.

Auteur de nombreuses chroniques et d’ouvrages sur les Grands Causses, il avait participé à une multitude d’organisations locales pour la défense et la mise en valeur du patrimoine (monuments, sentiers pédestres, langue occitane…). Il fut très actif dans bien des domaines.

Hélas, celui qui sillonnait les sentiers sans relâche a posé son sac de randonnée le 24 février 2015 pour un autre paradis.

À la cocalière des trois paroisses.

Au lendemain de son décès, je lui écrivais ces quelques lignes, bien modeste hommage :

C’est lui, qui le premier me fit découvrir sources et puits, grottes, four à chaux et ruines séculaires. Avec lui, chaque croix n’avait plus de mystère, chaque roche avait un nom et chaque source une vie.

Il aura amassé des documents uniques, n’hésitant pas à taper aux portes de chacun. Appareil à photo sous le bras, et double mètre en main, il arpenta nos Causses avec un grand mérite : celui de partager tout ce qu’il a récolté, les notes et les photos soigneusement rangées dans des classeurs, des cahiers ou des boites à chaussures.

Pierre, c’est à toi que je dois ce goût pour la nature, la recherche et l’histoire que tu m’as inculqué.

À la caselle de la Croix Luente (30 mars 1999).

C’est aussi grâce à toi que je tiens ma chronique, d’abord dans les Vagabonds puis « Par Causses et Vallées ». Tu m’as ouvert la voie à travers tes sentiers.

Au-delà des écrits, tu as beaucoup œuvré afin de préserver le petit patrimoine bâti (Cazelles, croix, ou baume jasse). Tu as peint des panneaux « signalétiques » et ouvert des sentiers avec les Adralhans, tout au long de ta vie.

Que ton œuvre perdure à travers les années, que tes écrits nous guident et nous sensibilisent, que ma plume te serve pour qu’encore tu vives, et pour que l’on ne t’oublie jamais.

Marc Parguel