Municipales : Jérôme Rouve passe 24 h non-stop auprès des Millavois

Vous l’avez peut-être reçu chez vous, lui ou un membre de son équipe « Millau Demain ». Ou vous avez trouvé un flyer accroche-porte vous invitant à donner votre avis sur le site millaudemain.fr.

En effet, depuis le 15 octobre, Jérôme Rouve et les membres de sa liste ont arpenté « toutes les rues, tous les boulevards, toutes les impasses, toute la commune de Millau ».

« Nous allons à la rencontre des Millavois(es) pour écouter leurs doléances et leurs propositions concernant l’avenir de notre ville », souligne la tête de liste, en assurant avoir parcouru 166 km à pied pour visiter 12.500 logements dans chaque quartier et sur l’ensemble du territoire communal. « Les retours enrichissants que nous avons reçus par mails et les nombreuses rencontres individuelles nous ont confortés dans notre engagement pour Millau », se félicite Jérôme Rouve, qui s’est « nourri de ces échanges ».

« 99,9 % de la population est extraordinaire, ce sont des gens constructifs, positifs, des gens qui sont en attente. En attente d’écoute, en attente de bienveillance. Ils veulent parler, être écoutés, ils veulent être entendus, proposer… Ils ont besoin de lien et de proximité, ils n’ont pas besoin d’effets d’annonces, ils n’ont pas besoin de rêve, ils sont conscients que Millau est une petite ville de 22.000 habitants. Ils ont conscience que Millau a des atouts. Par contre ils sont en attente. Principalement, ils nous disent : gardez les jeunes, trouvez des solutions pour garder les jeunes. Ce n’est pas normal que les jeunes partent de Millau. »

« Il faut réinventer le site du Puits-de-Calès »

Pour compléter cette première étape de consultation de la population, vendredi 17 janvier entre 5h et 24h, le candidat aux Municipales et son équipe ont souhaité « aller rencontrer des Millavois(es) qui travaillent souvent dans l’ombre pour la ville, le jour et la nuit ».
18 étapes ont été retenues au fil d’un circuit allant de la zone des Fialets à la Maladrerie en passant par le centre-ville et la zone de l’Europe.

Un périple qui a commencé dès potron-minet aux Urgences, puis à l’hôpital du Puits-de-Calès où ils ont discuté avec les différents services. Au sujet de l’hôpital médian, Jérôme Rouve assure que le personnel « n’en est plus là ». « Aujourd’hui, ils veulent que l’on prenne nos responsabilités, et que l’on ait un dossier de développement sur le Puits-de-Calès. Le site soit se développer, il doit correspondre aux besoins de la population de demain. Aujourd’hui, nous le projet il est écrit, on va le soumettre au directeur et au corps médical ».

« Il faut réinventer le site du Puits-de-Calès et développer les activités gérontologiques de demain », affirme Jérôme Rouve. En prenant l’exemple des malades d’Alzheimer ou de Parkinson, il souligne qu’il n’est « pas normal que les gens de Millau soient obligés, dans certains cas, d’aller se faire soigner à l’extérieur ».

Le fait de développer ces domaines-là à Millau permettra de subvenir aux besoins des Millavois qui en ont besoin, mais aussi de créer de la richesse et de l’emploi. Les besoins en médecine de 1980 sont différents aux besoins de 2000 et de 2020. Aujourd’hui, on veut construire sur l’hôpital du Puits-de-Calès les besoins de 2025 et de 2030.

Ils ont ensuite visité les entreprises millavoises qui font les 3×8, « une quinzaine d’entreprises qui vendent leurs produits dans toute la France et même à l’étranger. » « Ils nous ont parlé des problèmes de recrutement. Les jeunes vont se former ailleurs et ils ne reviennent plus. Aidez-nous à former les gens à Millau. »
Chez les pompiers, même problème : « Ils se font du souci pour le recrutement. Ils nous disent de garder les jeunes ».

Présentation de l’équipe le 1er février

« J’ai la chance d’avoir une liste de gens compétents, avec de l’expertise, calmes, sérieux, sans ambition politique ou personnelle… » Cette liste de 35 personnes, Jérôme Rouve la présentera samedi 1er février. « Les gens me disent aujourd’hui, Jérôme, ne fait pas de la politique comme les autres. On veut que tu fasses ce que tu sais faire, que tu rassembles les gens, que tu échanges avec les gens, que tu t’entoures de compétences et que tu fasses travailler les gens ensemble. »

Et ces compétences, le candidat espère les trouver « même auprès de gens qui ne seront pas élus qui nous aideront à prendre des décisions », au sein notamment du Conseil Economique et Social qu’il entend créer et dont il reparlera assurément.

Ce ne sera pas Jérôme Rouve qui prendra les décisions tout seul, ce ne sera pas Jérôme Rouve le Zorro, ce sera un travail d’écoute et de concertation. C’est ce que veulent les gens et c’est ce qu’on fera.

« Millau est à un virage. Millau a 2 ou 3 ans pour régler les problèmes. Soit Millau va réussir, c’est pour cela qu’on est là, soit Millau va devenir Le Vigan et les Cévennes si on continue de se battre avec des histoires de clans de droite ou de gauche. Nous, on ne veut pas se battre avec des clans, ce que l’on veut c’est trouver les solutions. Nous ne sommes pas des magiciens, mais on est là pour gérer Millau d’une autre façon ».