L’Amicale Paris-Millau en fête pour ses 110 ans

L’Amicale Paris-Millau a vécu une journée spéciale dimanche 24 novembre dernier lors des célébrations de ses 110 ans.

L’Amicale Paris-Millau avait donné rendez-vous à ses membres et à des invités exceptionnels dans la salle de réception du Foyer des Jeunes Travailleurs de la Cité des Fleurs, symbole de la solidarité et des ambitions des Aveyronnais de Paris.

Cette journée exceptionnelle a été organisée par le Bureau de l’association afin de célébrer comme il se doit la belle longévité de l’amicale qui affiche plus de 110 ans au compteur. Son président Benoît Cuturello a tenu à rappeler le sens de cette journée spéciale.

« Il s’agit de passer un bon moment ensemble, dans la pure tradition des amicales, mais aussi de considérer tout le chemin parcouru et y puiser tous les enseignements utiles afin d’imaginer un avenir radieux pour l’amicalisme aveyronnais et millavois. Comme nous le disait Confucius le passé est une lanterne que l’on porte sur le dos et qui n’éclaire jamais que le chemin parcouru. Ce processus passe indéniablement par une rencontre entre les générations. Comme dans mon petit village Corse et dans les villages aveyronnais, ici dans les amicales aveyronnaises les barrières intergénérationnelles n’existent pas ».

Pour l’occasion l’Amicale Paris-Millau, fort de sa centaine d’adhérents, avait prévu un focus sur le passé lors de cette journée. Cette lecture historique s’est faite au travers de différents témoignages sur l’histoire de cette association et de l’émigration des Millavois à Paris dès le début du XXe siècle jusqu’à nos jours.

Les archives de l’association de 1908 à aujourd’hui regorgent d’informations passionnantes. Lors de cette journée, les anciens présidents de l’Amicale comme Gérard Paloc, certains membres historiques du Bureau comme Christian Tuffery ou Jean Gioia mais aussi des nouveaux comme Claire Calmels ont pu faire partager aux participants leurs anecdotes sur la belle histoire de l’Amicale Paris-Millau.

Mais ils on dû faire vite ! Car la cinquantaine de participants à ce banquet exceptionnel a eu l’agréable surprise d’être interrompue par le groupe folklorique « La Bourrée Montagnarde » venu assurer près d’une heure de représentation dans la plus grande tradition des danses folkloriques du « Rouergue ».

Pour ceux qui n’aiment pas la musique, il y avait la possibilité d’aller admirer l’exposition de très belles toiles représentant Millau et ses alentours selon le coup de pinceau de Georges Nalbanti, pilier du bureau de l’amicale chargé des sorties culturelles et artiste à ses heures libres.

Concilier tradition et modernité, respecter la longue histoire de l’amicale tout en y apportant du sang neuf afin de lui laisser toutes ses chances pour traverser le 21e siècle, sont les objectifs fixés au bureau de l’association depuis 5 ans, Benoît Cuturello l’a souligné.

« L’Amicale doit continuer à faire vivre la convivialité et la solidarité entre les Millavois sur Paris, mais elle ne doit pas oublier ses racines et donc continuer de développer les liens entre Millau et la capitale ». 

Des liens qui ont pu justement se développer au travers des inédites Rencontres Économiques Aveyron-Paris, du cycle de conférence sur la ruralité ou encore par des actions de promotions des produits, savoir-faire ou de réalisations diverses du territoire millavois ; tout ceci en partenariat avec des forces vives millavoises et sud-aveyronnaises comme les commerçants, le CNAM de Millau, leader Aveyron, le Club des Entrepreneurs Millavois, le Musée de Millau grands causses, l’Hôpital de Millau, le Pôle Cuir Aveyron ou encore des collectivités avec en tête la Mairie de Millau et la Communauté des Communes Millau grands causses.

Après un banquet au menu exceptionnel, les adhérents ont pu danser sur le rythme endiablé des musiques de l’accordéoniste Régine Raynaldi, accompagnée de ses musiciens et DJ.

Même si l’Amicale Paris-Millau, comme toutes les amicales Aveyronnaises, doit continuer à réfléchir aux moyens de survivre à une toute nouvelle époque, elle affiche tout de même une forme étonnante, pour le plus grand bonheur de ses adhérents et du territoire millavois.

Les liens Paris-Millau demeurent, il faut donc les saisir. À bon entendeur !