Millau. Avec le départ du Dr Cuturello, l’hôpital perd un nouveau spécialiste

Le Docteur Laurent Cuturello, qui exerce la spécialité d’hépato-gastro-entérologie depuis 1985 dans le Sud-Aveyron, a décidé de poursuivre sa carrière dans le Lot au sein du centre hospitalier de Cahors. Le médecin, âgé de 64 ans, s’était mis en disponibilité de l’hôpital millavois pour convenance personnelle le 14 novembre dernier. Il va finalement intégrer, en décembre, les effectifs de l’hôpital de la préfecture lotoise.

« Je souhaite annoncer mon départ du Centre Hospitalier de Millau. Je vais intégrer dès le mois de décembre le service d’hépato-gastro-entérologie du centre hospitalier de Cahors. Je tenais bien sûr à remercier chaleureusement toute l’équipe médico-soignante de l’unité d’hépato-gastro-entérologie de Millau, et plus largement l’ensemble du personnel de l’établissement et les confrères avec qui j’ai pu travailler pendant toutes ces années. Je remercie tous les patients, leurs familles et proches que j’ai pu accompagner depuis 1985. Les patients et leur santé sont le cœur même de ma profession de médecin. »

C’est par ce communiqué que l’hépato-gastro-entérologue Laurent Cuturello a annoncé son départ du centre hospitalier de Millau, un départ qui, rappelons-le, a conduit à la fermeture sine die du service de gastro.

Cette annonce fait suite à une série d’autres départs, cette dernière décennie, qui ont marqué la vie de l’hôpital millavois. En effet, plusieurs chirurgiens et médecins spécialistes, qui assuraient une activité régulière et s’impliquaient fortement dans l’hôpital, ont quitté le navire.

On peut citer le Dr Daniel Michelutti, ancien chirurgien orthopédique, ancien responsable de l’unité de chirurgie orthopédique et ancien chef du pôle MCO ; le Dr Guy Lamolinerie, ancien chirurgien orthopédique et ancien responsable de l’unité de chirurgie orthopédique ; le Dr Michel Marroncle, chirurgien urologue parti poursuivre sa carrière au CHU de Saint-Pierre, à La Réunion ; ou encore le Dr Dominique Briand, chirurgien viscéral, ancien responsable de l’unité de chirurgie viscérale et ancien président de la CME, parti exercer à l’hôpital de Rodez.

Autant de spécialités perdues par le centre hospitalier de Millau, qui, pour certaines, sont remplacées actuellement par la mise à disposition de temps partagés avec le CHU de Montpellier.

Le Dr Cuturello pour « un site hospitalier unique en Sud-Aveyron »

Diplômé de la Faculté de Médecine de Montpellier, le Dr Cuturello a d’abord exercé en libéral tout en étant médecin attaché des hôpitaux de Millau et Saint-Affrique, avant de devenir Praticien Hospitalier (PH) à temps plein de l’hôpital de Millau en 2009.

Au sein de l’établissement, il a également été responsable de l’unité d’hépato-gastro-entérologie et hôpital de jour, chef du pôle médecine-chirurgie-obstétrique (MCO) et plus récemment président de la Commission médicale d’établissement (CME) dans le contexte de la direction commune avec le CHU de Montpellier.

Il a notamment développé l’activité d’hépato-gastro-entérologie et a travaillé à l’accueil d’internes au sein de l’établissement.

En 2013, il a accepté d’ouvrir une consultation gratuite en lien avec le département d’immunologie du CHU de Montpellier pour les volontaires au don de moelle osseuse.
Il a aussi porté le projet de création d’une unité de lutte contre les addictologies ou encore développé l’activité de traitement du cancer par chimiothérapie avec le Docteur Michel Fabbro, cancérologue de l’Institut du Cancer de Montpellier-Val d’Aurelle.

Président de la CME à partir de décembre 2014 et pendant près de 4 ans, le Dr Cuturello avait notamment participé activement à la défense de la maternité qui était menacée de fermeture début 2015. Il a également contribué au développement de nombreuses coopérations médicales avec le CHU de Montpellier, en étroite collaboration avec les directeurs généraux du CHU Philippe Domy puis Thomas Le Ludec et avec les médecins Montpelliérains.

Il s’était en outre positionné en faveur « d’un site hospitalier unique en Sud-Aveyron comme seule structure capable de pallier le manque grandissant de médecins, notamment spécialistes. » Tout en refusant d’utiliser le terme « médian ». « Cela signifiait que la localisation était décidée, et ce n’est pas aux médecins de se prononcer sur l’emplacement de ce site hospitalier unique », explique-t-il.

Il avait d’ailleurs commencé à travailler le projet avec son homologue saint-affricain, le Docteur Émile Mania et les acteurs concernés.

En avril 2018, le Docteur Cuturello avait finalement démissionné de ses fonctions de Président de la CME, en raison de la « forte tension », de « certaines manœuvres contre-productives » en interne et des « blocages répétés du plan de restructuration » alors porté par la directrice déléguée du CHU.

Quelques semaines après sa démission, c’est le CHU de Montpellier qui avait décidé de se retirer de Millau et de mettre fin à la direction commune. Puis le Ministère de la Santé et son antenne en région, l’Agence Régionale de Santé, ont alors décidé de placer l’hôpital de Millau (suivi peu après par celui de Saint-Affrique) sous administration provisoire, à partir de janvier 2019.


Focus sur le centre hospitalier de Cahors

L’hôpital de Cahors assure une prise en charge multidisciplinaire au bénéfice des patients de tout le département du Lot. Il est situé à Cahors (19.340 habitants), au sein de l’aire urbaine de 44.000 habitants, à une heure de Toulouse et à 20 minutes de Montauban…

Au cours de la dernière décennie, le centre hospitalier de Cahors a réussi à fédérer des professionnels de grande valeur dans près d’une trentaine de spécialités médicales, chirurgicales et gynécos obstétricales. D’importantes opérations de reconstruction et de rénovation ont transformé l’ancien hôpital pour en faire une structure qui offre toutes les fonctionnalités d’un hôpital neuf en plein cœur de la ville historique.

L’hôpital de la préfecture du Lot dispose d’une capacité de 365 lits, dont 277 en MCO. Avec l’arrivée du Dr Cuturello, six médecins interviennent désormais au sein du service d’hépato-gastro-entérologie de l’hôpital de Cahors.