« Millerances », par Alain Bouviala : Promenons-nous dans Millau

A partir de dimanche 3 mars, vous pourrez retrouver sur Millavois.com une nouvelle rubrique proposée par Alain Bouviala. Vous partirez avec lui à la découverte du patrimoine de notre ville et de son territoire communal. Bonne balade !

Cette nouvelle rubrique a pour finalité de proposer à tout un chacun, des sorties aisées, pédestres ou autopédestres, à la découverte du patrimoine de notre ville et de son territoire communal.

Monuments, rues, lieux historiques,  éléments architecturaux de maisons particulières, à contempler depuis l’espace public ou à visiter ; curiosités de notre passé, artistiques ou énigmatiques, souvent ignorées des personnes trop préoccupées à regarder devant leurs pieds.

Le tout dans le cadre de petits circuits de une à deux heures (sans les visites), sans ordre chronologique au hasard des rencontres. Témoignages de savoir-faire artisanaux à une époque où l’on prenait le temps de faire du bel ouvrage. Les explications historiques et descriptives restent générales afin d’entretenir votre soif de savoir et préserver l’émotion de la découverte tant visuelle que documentaire. Alors, prenez le temps, déambulez, levez souvent le nez, les beautés se cachent parfois aux étages, sur et sous les toits, et une paire de jumelles peut vous permettre de les détailler.

Les quatre premiers circuits ciblent le « Vieux Millau », celui qui garde les traces de plusieurs siècles. Seuls les noms anciens et l’exiguïté des rues, certains vestiges architecturaux nous permettent d’imaginer la ville close. Les venelles encombrées, les échoppes des vieux métiers disparus et les classes sociales bien marquées qui transparaissent dans les styles d’habitats : les pauvres demeures serrées, imbriquées, dans une débauche d’exhaussements et d’étirements (parfois sur l’espace public) de transformations incessantes, car la solidité n’était pas assurée ; puis les désordres politiques occasionnant des pillages, incendies et destructions (notamment les guerres de religion). A l’inverse la bourgeoisie était plus confortablement installée dans les « hôtels » particuliers aux éléments décoratifs ostentatoires.

Cependant, Millau repliée dans ses murs devait être vigilante, l’insécurité était latente.
Les quatre autres promenades vous mèneront « hors les murs », le long des nouvelles avenues aménagées aux XIX et XXe siècles. Les immeubles, dont certains cossus, aux toits «  mansardés », façades décorées et portes ouvragées : une cascade de volutes, têtes humaines, frises, feuillages et fleurs, taillés dans la pierre le bois ou forgées pour la ferronnerie. Les artisans, commerçants, patrons, enrichis entre autres par l’industrie peaussière s’affichaient ; et Millau s’aérait avec ses squares, parcs, tout en honorant par l’art statuaire ses notables et célébrités, mais aussi hélas ses nombreux enfants morts au champ d’honneur.

Oui l’histoire, l’âme de Millau sont inscrites dans ses pierres ; à vous de les décrypter, avec je souhaite étonnement, intérêt, délectation.

Bonnes balades.

Pour en savoir plus :

  • A la bibliothèque municipale – Créa – Bd Sadi Carnot :
  • « Millau à travers les siècles ». Jules Artières
  • « Un siècle d’images millavoises ». Comité millavois des festivités.
  • « Millau en image. 1 000 ans d’histoire ». Collectif.
  • « Millau au cœur des Causses ». Jean-Louis Magnon.
  • « Millau histoire et secrets oubliés ». Association des Amis du Musée de Millau.
  • « Millau, ses places, ses rues, ses monuments ». Jules Artières
  • Archives municipales. T.G.M. rue du Pont de Fer