Millau. « Univers Elle » : Un chant d’amour universel

Ambiance cabaret, au bar de l’Univers. Enveloppée dans un grand manteau noir de fourrure ─ vraie ou fausse qu’importe ─ une femme seule est assise à une table, un verre d’alcool à la main, elle attend.

A même l’espace scénique, le public prend place dans ce bar, au plus près de cette femme. A ses bas résille noirs, à sa robe de satin rouge, au micro posé sur sa table, on se dit que le spectacle cabaret va bientôt commencer. Mais très vite ces attendus sont balayés, c’est un tout autre voyage qui nous attend, un voyage à partir de l’écriture poétique de Philip Forgeau sur l’exil. L’exil comme métaphore de la vie.

Cette femme en quête de consolation, qui poursuit ses rêves, qui chante son âme en peine et danse avec ses fantômes, qui est-elle ? d’où vient-elle ? Chanteuse de cabaret, fille perdue, mère courage, amante, déesse, pythie, nous ne le saurons pas : « Je ne suis pas celle que vous croyez que je suis », écrit l’auteur.

Entre onirisme, expressionnisme, violence et poésie, la mise en scène de Philippe Flahaut, ne trahit jamais l’écriture poétique de Philip Forgeau et offre à Marie des Neiges Flahaut, un rôle magnifique. De plus, la création musicale de Jean Raymond Gelis ainsi que les lumières de Michaël Vigier et la vidéo de Tito Gonzales Garcia, ont trouvé leur juste place, et participent à la réussite de l’ensemble.

Cette femme qui au-delà de ses souffrances chante, danse, se raconte, nous fascine et nous dérange, elle atteint au sublime, en faisant de ce spectacle sur l’exil, un chant d’amour universel.

Claudette Lavabre