Le Gouvernement a décidé de se lancer dans la transition énergétique en augmentant la fiscalité sur les carburants dans le but affiché de nous faire changer de moyen de transport, d’équipement de travail et même de mode de chauffage.

Il faut être bien naïf ou bien loin des réalités du quotidien, pour imaginer que du jour au lendemain ceux qui sont dans l’obligation d’avoir un véhicule pour leurs déplacements personnels ou professionnels vont pouvoir le mettre à la casse pour acheter un véhicule électrique dont on dit déjà que ceux-ci ne manqueront pas de poser problème en fin de vie.
Vision parisienne des choses par ceux qui disposent de bus, de métro, de tramway, de vélos et d’autos en libre-service pour se déplacer en milieu urbain, mais aussi de lignes de trains régulières pour rejoindre les plages de Normandie (Le Touquet), la Bretagne ou les pistes des Alpes !

Chez nous, dans notre département, et dans une majorité des départements de France, il n’y a aucun de ces moyens de transport à disposition. Seuls quelques bus ou trains sur des itinéraires et des horaires qui ne peuvent être utiles à tout le monde.

De même pour le chauffage. On annonce une prochaine interdiction des chaudières à fuel alors que déjà dans certaines villes les cheminées ouvertes à bois sont interdites.
Je suis curieux de savoir comment sont chauffés le Ministère de l’Ecologie ou l’Elysée. Ces messieurs, en combinaison verte, ne sont jamais allés jeter un coup d’œil dans les chaufferies des Palais de la République ni même y mesurer la température ambiante ! Il serait intéressant de connaître la dépense de chauffage au mètre carré de tous les lieux de pouvoir. C’est une information qui ne manquerait pas de soulever l’indignation de ceux, trop nombreux, obligés d’éteindre leur chauffage la moitié de l’hiver, en raison du coût, chèque énergie ou pas.

Nous voulons passer aux yeux du monde pour exemplaires depuis que la Conférence sur le Climat s’est réunie à Paris. Mais il faut raison garder. Que représente la France avec 1 % (un pour cent) de la population mondiale en matière d’émissions de CO2 ? D’après l’Agence Internationale de l’Energie notre pays en 2016 représentait o,9 % du total mondial avec en tête la Chine, les Etats Unis et l’Inde. Même l’Allemagne qui a fait le choix imbécile de fermer ses centrales nucléaires pour rallumer ses centrales à charbon particulièrement polluantes se situe à 2, 3 %.

Alors Messieurs les grands esprits, quand nous aurons diminué nos émissions de moitié nous représenterons 0,45% du total mondial. La planète ne s’en portera pas mieux si les premiers de la liste continuent de balancer des milliards de tonnes de CO2 comme aujourd’hui. Nous aurons, peut être, remplacé les gilets jaunes par des gilets verts tout cela au prix d’une fiscalité que le Français moyen ne peut plus supporter et dont il a bien compris que faute d’économies, on cherche à remplir d’abord les caisses de l’Etat. L’écologie n’est que prétexte.

Me Jean-Louis Esperce