Quand la télévision fit son apparition à Millau (1958)

Si la première démonstration publique de télévision en France eut lieu le 14 avril 1931, en banlieue parisienne (on l’appelait alors radiovision), il faudra attendre février 1958 pour que la population millavoise puisse assister à un essai public de ce nouvel appareil. Il faut dire que ce projet fut laborieux à mettre en place. En 1950, la télévision n’était encore qu’un produit de luxe, puisqu’en France, on recensait 3794 postes télé. Ce dernier coûtait alors deux mois d’un salaire moyen. En 1954, quand apparut le premier journal télévisé, seul 1% des ménages français étaient équipés d’un téléviseur. Mais en 1957, suite à la mise en place d’un émetteur à Bordeaux et à Toulouse, le nombre de foyers équipés d’un poste télé passa à 6 %.

Le 12 février 1958, le journal Midi Libre annonça la nouvelle d’un premier essai public de télévision à Millau : « Depuis quelques semaines, les installateurs radio se sont occupés de reprendre le projet d’installation de la télévision à Millau en partant de la Pouncho d’Agast. Grâce à une installation provisoire mise en place par les ingénieurs d’une maison niçoise, ils ont pu en fin de semaine capter les images (notre photo) et le son très correctement. Les autorités locales et certaines personnalités ont assisté hier soir à un essai à la mairie. Ce soir, c’est la population qui, dès 21 heures pourra suivre l’émission du jour à la Maison du Peuple. »

Cet essai concluant encouragea la municipalité a installer durablement au-dessus de la ville, sur le Causse Noir, à 830 mètres d’altitude, au lieu appelé « Pouncho d’Agast » en mai 1958, un émetteur de télévision. C’était une installation basique. Mais l’exploitation de cet émetteur avait un coût tellement important que la municipalité n’hésita pas à se tourner vers les services techniques de la Radiodiffusion-Télévision Française pour avoir un appui financier. Ces derniers répondirent au Maire, par la plume de leur directeur, le 1er septembre 1959 : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que la R.T.F. ne peut se charger de l’entretien ni de l’exploitation de cette installation propriété de la Ville. Cependant la R.T.F. envisage, en raison de l’importance de la population desservie, d’inscrire dans un de ses prochains programmes d’équipement la mise en place à Millau d’un réémetteur qui se substituera à l’installation actuelle et dont elle assurera l’entretien. » (Henry Torres, directeur des Services Techniques, Journal de Millau, 24 octobre 1959).

En attendant que des études poussées soient faites pour ce réémetteur, la télévision trouva ses téléspectateurs à Millau, grâce au « Télé Club » chargé de faire fonctionner le relais de la Pouncho, mais les frais d’entretien étaient relativement élevés. Chaque adhérent devait payer sa cotisation, ce que certains oubliaient de faire. Aussi le Journal de Millau nous apprend que : « La tentation du Bureau de « mettre la clef sous la porte fut grande. Mais ce ne fut qu’une menace que le Syndicat des radioélectriciens a relevée en déclarant : la T.V. de Millau ne s’arrêtera pas, car, une fois encore, les radioélectriciens millavois signataires du protocole ne le permettront pas. » (Journal de Millau, 6 février 1960).

En effet, l’émetteur ne s’arrêta pas. En décembre 1976, un réémetteur fut installé pour desservir Massebiau- Le Monna. Ce matériel devenu obsolète, et n’assurant qu’une très mauvaise qualité d’image, le conseil municipal de Millau décida en 1988, l’installation d’un matériel plus performant et moderne sur le site de Cap d’Aze choisit par T.D.F.

L’installation fut terminée fin décembre 1988 et les premières retransmissions eurent lieu à partir du 8 mars 1989 (d’après Journal de Millau, 10 mars 1989).

La Pouncho a été le premier relais à diffuser la TNT en Aveyron

Après une installation assez sommaire, c’est un relais de télévision à l’origine de 15 mètres qui doubla de volume au sommet de la Pouncho d’Agast, inondant tout le bassin millavois, émettant aussi sur une partie du Causse Noir, Larzac, Aguessac, Creissels, et une partie de la vallée de la Dourbie. Notons qu’il existe deux autres relais beaucoup plus modestes au Puech d’Andan et un relais radio au Col du Renard.

La Pouncho a été le premier relais à diffuser la TNT en Aveyron, pendant 5 jours (Midi Libre, 21 juin 2006).

Le 6 mars 2008, dans le but de capter toutes les fréquences de la FM, et toutes les nouvelles chaînes de la TNT, l’antenne de la Pouncho s’élèvera de 12 mètres supplémentaires portant le sommet à 42 mètres. C’est la société TDF qui est actuellement propriétaire du relais installé sur la Pouncho d’Agast.

En mai 2017, des travaux ont eu lieu à l’antenne relais de la Pouncho. Anxione, une entreprise spécialisée d’Aix en Provence, remplace des antennes et baies radio pour pouvoir diffuser la 4 G jusqu’à 30 km à la ronde pour le compte de Bouygues et SFR (Midi Libre, 11 mai 2017).

Marc Parguel