Millau : Un partenariat pour une ressource en eau mieux maitrisée

Ce matin dans les jardins du Château de Creissels, une convention-cadre a été signée pour la première fois entre le Parc naturel régional des Grands Causses et le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) afin de préserver les ressources en eau et la biodiversité de la région des Grands Causses.

Cette convention met en synergie la complémentarité et les compétences des deux organismes en matière de connaissances des milieux aquifères et de leur gestion. S’étalant sur cinq années (2018 à 2022), elle permettra d’approfondir la connaissance de la ressource en eau présente dans les Grands Causses, mais aussi de mieux la gérer et la protéger.

Cinq axes forts définissent le fondement des actions communes pour mieux servir le territoire :

  • Le Développement de la connaissance du fonctionnement des karsts et de la surveillance de la ressource en eau ;
  • La Préservation et la reconquête de la qualité des eaux souterraines vis-à-vis des pollutions diffuses et ponctuelles ;
  • La prévention des risques d’inondation et en particulier la gestion des crues karstiques ;
  • Le développement de la géothermie, énergie issue du sous-sol, renouvelable, contribuant ainsi à la transition énergétique ;
  • La valorisation de la donnée du sous-sol auprès des experts, des élus et du plus grand nombre

L’hydrogéologie, une thématique historique sur le territoire

Sous toutes ses formes, l’eau est un enjeu central pour le Parc naturel régional des Grands Causses. Avec ses 480 km de rivières (dont le Tarn, l’Aveyron et le Lot), le Parc offre une grande réserve de biodiversité, notamment caractérisée par une spécialité géologique : le karst. 65 % du territoire du Parc est en effet concerné par des zones calcaires karstiques.

Une visite de station de mesure a été faite à proximité du Chateau de Creissels. Etaient notamment présents Anne-Valérie Hau-Barras, directrice régionale du BRGM, et Laurent Danneville, chargé du pôle ressources naturelles et biodiversité au sein du PNR.

Le savoir-faire du BRGM et du Parc naturel régional des Grands Causses vont permettre d’améliorer les données déjà obtenues et ainsi mieux comprendre le fonctionnement et la structure des aquifères karstiques (nappes d’eau), d’étudier la variabilité des réserves, mais aussi de prévenir l’impact des activités humaines sur la ressource en eau.

Le saviez-vous ?

Les sources sont souvent captées pour les besoins en eau potable des populations ; c’est le cas de l’Espérelle qui alimente Millau. Le Larzac, à lui seul, compte 19 sources karstiques et on a calculé que les réserves disponibles en eau souterraine correspondent à 60 ans de consommation d’eau potable pour la ville de Millau.


Le BRGM

Le Bureau de recherches géologiques et minières est l’établissement public de référence pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol. Il remplit diverses missions : recherche, appui aux politiques publiques, recherche contractuelle pour les entreprises en tant qu’Institut Carnot, coopération internationale et aide au développement, prévention et sécurité minière, formation supérieure et continue. Il est placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du ministère de la Transition écologique et solidaire, et du ministère de l’Économie et des Finances.

Pour en savoir plus : www.brgm.fr