Millau : Une fresque de 75 m2 réalisée par les habitants de Malhourtet !

Amorcé depuis la rentrée scolaire 2017 à l’initiative de l’association La Tortuga, Graines de Malhourtet est un projet multipartenarial, interculturel et intergénérationnel, qui rassemble divers acteurs locaux (les écoles Jean-Henri Fabre et La Calandreta, le Centre social Causse et l’association La Tortuga).

Ce projet s’intéresse de près aux mémoires orales du quartier. Il s’agit, à travers lui, d’interroger la « grande » et les « petites » histoires, la mémoire collective et les mémoires individuelles. Il s’agit de révéler ce qui fait la richesse de Malhourtet pour devenir tous ensemble les jardiniers d’une culture commune autour de ce quartier.

A travers ce support d’expression accessible à tous, l’un des objectifs de la réalisation de cette fresque était de solliciter et accompagner la créativité des habitants du quartier de Malhourtet.

Pour ce faire, Katia Fersing, ethnologue œuvrant au sein de l’association la Tortuga, a accompagné chaque partenaire dans la mise en œuvre d’une méthodologie participative visant à faire émerger cette culture commune à partir d’un travail de recherche mené de différentes manières :

  • des entretiens ethnographiques ont ainsi été réalisés par les enfants des écoles et les ados du centre social auprès des habitants du quartier (dans le cadre d’un projet pédagogique au sein des écoles ou au travers d’ateliers menés avec les habitants au centre social) ;
  • des réunions thématiques ont été organisées au centre social (ex : atelier odonymie avec la contribution du linguiste Jacques Astor) ;
  • une recherche historique et archivistique a été amorcée aux archives municipales avec des membres du groupe adultes du centre social ;
  • Des évènements, comme le carnaval du quartier, ont aussi été organisés pour susciter la rencontre des habitants et encourager la « fabrication » commune d’une histoire reliant le temps passé et le temps présent.
La réalisation de cette fresque a nécessité le travail « d’une grosse soixantaine de personnes », réparties en une dizaine d’ateliers.

La restitution des réflexions prend des formes variées, combinant à la fois les dimensions artistique et pédagogique :

  • Guidés par les enfants, des parcours d’exposition ont été proposés dans les deux écoles en fin d’année scolaire ;
  • Un livret sera édité afin de donner une visibilité à l’ensemble du projet (dimensions pédagogique, sociale, culturelle, historique, sociologique…) ;
  • Une exposition collective devrait être proposée dans le cadre de la programmation des expositions réalisées au service culturel de la Ville de Millau en 2019.
  • Enfin, intégrée au dispositif « Parcours d’Artistes » porté par la Mairie de Millau, une fresque murale vient d’être réalisée par les habitants avec l’aide des artistes Marion Delattre et Christian Meneses. Elle sera inaugurée lors des Journées Européennes du Patrimoine dont le thème est, cette année, « L’art en partage ».
Le mur appartient, dans sa majeure partie, à M. et Mme Brouillet, dont la maison se situe juste au-dessus. La première partie du support appartient à la Mairie de Millau. La surface estimée pour mener à bien le travail avec les habitants représente environ 75 mètres carrés.

Cette fresque, située en bas de l’Avenue Kennedy a été réalisée au cours du mois de juillet avec le concours des habitants du quartier, dans le cadre d’ateliers organisés en partenariat avec le Centre social Causse.

« Son emplacement nous semble approprié dans la mesure où il matérialise l’entrée sur Malhourtet, explique Katia Fersing. La fresque constituera, ainsi placée, une sorte de préambule au quartier. De la même manière, nous pensons que les visiteurs intéressés par les Parcours d’artistes n’auront pas de peine à se rendre sur le lieu de par sa proximité avec le centre-ville, ce qui n’aurait probablement pas été le cas si nous avions choisi un mur situé vers le haut du quartier. »