Colza ou huile de palme ?

Champ de colza (Source : Wikipedia)

Les agriculteurs sont en colère et ils ont raison de le montrer ! On leur avait dit : « les biocarburants c’est l’avenir ! Pensez-y ! » Certains ont effectivement pensé que cette production pouvait assurer leur survie ou l’installation d’un successeur et se sont engagés dans la culture du colza et du tournesol.

Sans que l’on puisse en comprendre la logique, si ce n’est pour le seul profit de Total, le gouvernement a autorisé cette société à importer plus de 300.000 tonnes d’huile de palme d’Asie du Sud-est payée 30 % moins cher que les productions des agriculteurs français. N’espérons pas pour autant une baisse du prix des carburants contenant de l’éthanol, la marge sera pour la Société Total et la baisse des revenus pour des milliers d’agriculteurs français.

Depuis des années, on ne cesse de nous détailler tout le mal qu’il faut penser de cette huile de palme que l’on intègre à des préparations alimentaires et dont la culture entraine une déforestation massive. Il faut ajouter à cet impact écologique au niveau de la culture et de la production, celui du transport par bateaux, lesquels sont les plus gros pollueurs de notre environnement.

Mais attention d’autres accords du même genre sont en préparation pour achever d’assassiner notre agriculture par des importations massives de viandes bovines du Brésil dont la production est aux antipodes de l’élevage de nos viandes racées (Aubrac, Blonde d’Aquitaine, Limousine et autres) dont on vient de nous faire ces derniers mois la promotion !

Ceux qui ont pu regarder les reportages télévisés de l’émission Capital du 10 juin ont été certainement édifiés par la qualité des viandes que le gouvernement veut mettre dans nos assiettes. Il s’agit d’animaux clonés, élevés hors sol et nourris pour qu’ils engraissent de 2kg par jour ! Pendant ce temps, la Russie a créé (à cause d’un embargo qui nous coûte et ne sert à rien) des élevages de vaches montbéliardes pour avoir sur place la production laitière et fromagère que l’on ne veut plus lui vendre. Bravo nous allons droit dans le mur.

A l’origine de toutes ces décisions qui défient la plus élémentaire logique il y a des ministres avec autour une cour de conseillers biberonnés à l’ENA qui n’ont
Jamais vu un champ de tournesol ou approché un troupeau de bovins hors du salon de l’agriculture et qui pondent des décisions imbéciles sans que cela ait la moindre conséquence sur leur carrière ou leurs revenus.

S’agissant de décisions françaises, on peut se dire que nous pouvons être fiers d’être compétitifs en stupidité avec ceux qui gravitent à Bruxelles autour des Commissaires européens qui ont pour eux l’avantage de gouverner les peuples de l’Europe sans avoir de comptes à rendre aux électeurs dont ils n’ont rien à faire. Il ne faut pas s’étonner ensuite de constater que les peuples lors des élections nationales montrent un degré d’exaspération qu’il faudra bien un jour prendre en compte. Après l’Allemagne, la Hongrie et d’autres, l’Italie en est la dernière démonstration.

Me Jean-Louis Esperce