3.7 C
Millau
jeudi 3 décembre 2020
Accueil Actualité Chenilles processionnaires : En 1890, déjà...

Chenilles processionnaires : En 1890, déjà…

Vendredi 30 mars, nous nous faisions écho de l’arrêté municipal obligeant les propriétaires à traiter leurs arbres infectés par les chenilles processionnaires, sous peine d’une amende de 38 €.

Alors que l’on peut être amené à imaginer que ce problème est un fléau des temps modernes, Marc Parguel a mis la main sur un article du journal « Le Moniteur de l’Aveyron », paru le 24 janvier 1890.

Dans cet article, le Préfet de l’Aveyron, Henri-Jean Bonnier, demande à tous les maires du département de prendre « les mesures jugées nécessaires pour la destruction des chenilles ».

Nous reproduisons ici l’article dans son intégralité. Ou quand l’histoire se répète !

Destruction des chenilles. M. le préfet vient de prendre l’arrêté suivant concernant les mesures jugées nécessaires pour la destruction des chenilles :
Article premier. — A partir du 24 janvier 1890, il est enjoint à tous les propriétaires et fermiers faisant valoir leurs propriétés ou celles d’autrui d’écheniller ou de faire écheniller les arbres, arbustes, haies ou buissons situés sur lesdites propriétés.
Art. 2. — Les bourses et toiles qui seront enlevées des arbres, haies ou buissons, seront brûlées immédiatement dans un lieu où il n’y ait aucun danger de communication de feu, soit pour les bois, arbres et bruyères, soit pour les bâtiments.
Art. 3. — MM. les maires s’assureront, dans le courant du mois de février, par une visite rigoureuse des terrains garnis de plantations, de l’exécution des mesures prescrites par les articles qui précèdent.
Art. 4. — En cas de non-exécution, il sera dressé contre les contrevenants des procès-verbaux qui seront immédiatement transmis au magistrat remplissant les fonctions de ministère public près le tribunal de police du canton, pour l’application de la peine portée à l’article 471 du Code pénal.
MM. les maires feront en même temps procéder à l’échenillage aux frais de ceux qui l’aurait négligé.
L’exécutoire des dépenses leur sera délivré par le juge de paix sur la quittance des ouvriers qui auront effectué ces travaux.

X