Samedi 7 avril : Carnaval de Salut Public à Saint-Georges de Luzençon

Tête noire luisante, corps vert clair, strié longitudinalement de vert foncé… C’est la chenille de Cydalima perspectalis, lépidoptère de la famille de Crambidae, originaire d’Extrême-Orient, introduite accidentellement en Europe dans les années 2000, où elle est rapidement devenue invasive, connue sous le nom de Pyrale du Buis

Brunes noirâtres avec des taches rougeâtres sur le dessus et les flancs, face ventrale jaune, corps fortement velu et couvert de soies urticantes et allergisantes… On ne présente plus les chenilles processionnaires de Thaumetopoea pityocampa, lépidoptère de la famille des Notodontidae, le fléau de nos bois de pins.

Pattes jaunes, ailes sombres, thorax noir, abdomen sombre cerné d’un anneau jaune-orangé marqué d’un triangle noir… Voici Vespa velutina nigrithorax, espèce d’hyménoptère de la famille des Vespidae, de la sous-famille des Vespinae et du genre Vespa – vous l’aurez reconnu, c’est le frelon asiatique.

Ces charmantes bestioles seront au menu de la grillade qui conclura le grand défilé du carnaval de Saint-Georges de Luzençon, ce samedi 7 avril. Venez nombreux et le plus déguisé possible rejoindre L’Echo des Avens et ses amis, à 16 heures devant la salle des fêtes, au départ de ce cortège fou-fou-fou qui vous accompagnera derrière l’immonde effigie d’une énorme chenille, entourée de chars improbables et de grosses têtes hallucinées, de fanfarons illuminés et de danseuses de Saint-Martin des Caraïbes, dans un tintamarre destiné à faire s’enfuir démons de l’hiver, larves, dragons et frelons très loin au-delà des causses.

Les cinq musiciens du groupe l’Okaz.

Qu’on se rassure, il n’y aura pas que des insectes à se mettre sous la dent au repas du soir, après le jugement, la crémation, les démonstrations de danses antillaises et l’apéritif en fanfare : pour 10 euros seulement, sur réservation en téléphonant au 06 76 50 49 12, vous pourrez reprendre des forces au moyen d’une robuste choucroute, avant le bal du carnaval, animé par les cinq musiciens du groupe l’Okaz – des briscards du pays, qui ont roulé leurs bosses à travers un répertoire Pop-Rock-Punk dont le groove mettra tout le monde d’accord.

Une organisation signée l’Echo des Avens, avec les participations des enfants de Tarnaval, des artistes de l’école du Cernon, du peintre Clex, de l’Association des Jeunes de Saint-Martin, de Teranga, du Val Serein, et le soutien de la municipalité.