En fin d’après-midi à la mairie de Millau, une grande réception était organisée en l’honneur de Bernard Maury, qui quitte la présidence du Comité d’Entente des Anciens Combattants de Millau, au profit de Claude Valero.

« 17 ans, c’est suffisant », assure Bernard Maury, à la tête du Comité depuis qu’il a succédé à Albert Damoiseau en 2001. « D’autant qu’avant, j’étais déjà conseiller municipal chargé des Anciens Combattants, je m’occupais des cérémonies… Il vaut mieux que je pense à ma deuxième retraite », sourit celui qui est aussi membre (très) actif de la Société d’Etudes Millavoises, de l’Association Culturelle du Sud-Aveyron, président du Comité d’éthique…

« Et puis si Anne-Marie Fabié ou Claude Valero ont besoin de moi, je serai toujours là ! », ajoute-t-il avant de confier sa « grande fierté » de voir qu’il y a aujourd’hui beaucoup plus de monde qui assiste aux cérémonies commémoratives.

« On ne doit pas juger du mérite d’un homme par ses grandes qualités, mais par l’usage qu’il en sait faire ». Le premier adjoint Claude Assier a cité La Bruyère en commençant la longue série de discours en hommage à Bernard Maury. « C’était un devoir de vous rendre hommage », a souligné le maire Christophe Saint-Pierre. Le président du Conseil départemental, Jean-François Galliard, a évoqué « l’engagement et la fraternité » de Bernard Maury, avant que le député Arnaud Viala ne rappelle que « le dévoir de mémoire du Sud-Aveyron vous doit beaucoup ».
La salle de réception de l’Hôtel de Ville de Millau était plein à craquer, ce vendredi en fin d’après-midi.
Claude Valero, qui succède à Bernard Maury, a remercié Bernard Maury pour toutes ces années à la tête du Comité. « Un départ n’est pas une fin, a-t-il souligné. Un nouveau départ peut-être une renaissance ».
Echange de cadeaux à la fin des discours. Si Bernard Maury a remis à Claude Valero une arme ayant appartenu à un officier allemand au cours de la Deuxième Guerre mondiale, qui va prendre place dans la salle du souvenir de la Maison du Combattant, Christophe Saint-Pierre a offert un couteau du Larzac à Bernard Maury et un bouquet de fleurs à son épouse.