Dictée du Rotary : Venez vous amuser en famille !

Claude Seillier, responsable de la Dictée du Rotary, et Philippe Caussignac, président du Rotary club de Millau Saint-Affrique, ont présenté la Dictée du Rotary à la presse, lundi matin.

Pour la troisième année consécutive, le Rotary Club de Millau-Saint-Affrique organise la « Dictée du Rotary », gratuite et ouverte à tous.

Comme l’an dernier, cette dictée se déroulera en salle d’étude du lycée Jeanne-d’Arc (entrée par la rue de la Pépinière), le samedi 10 mars à 14h. Elle sera placée sous la présidence et la lecture de Maguy Salabert, enseignante retraitée et membre de l’Amicale des écrivains régionaux.

Cette dictée a différents objectifs. Tout d’abord, « de rassembler, un après-midi, petits et grands pour partager un moment convivial et ludique, et pour nous autres rotariens, de nous retrouver, confie Claude Seillier, responsable de la Dictée du Rotary. C’est aussi l’occasion de retrouver l’envie de lire et de découvrir les mots, tout en rencontrant une personnalité du monde littéraire ».

Parents, enfants, grands-parents, voisins, collègues, amis, entreprises, élus locaux, presse… sont ainsi invités à se rencontrer pour faire une page d’écriture sans esprit de compétition, car la dictée est anonyme, et pour le seul plaisir d’être ensemble. La dictée est composée de trois parties. Les moins de 18 ans pourront s’arrêter à la deuxième partie, tandis que les moins de 11 ans feront sans doute la première, a priori la plus facile.

Pour vous inscrire, il suffit d’envoyer un email à cette adresse : dicteerotary.millau@orange.fr en indiquant vos coordonnées (nom, prénom, adresse postale, adresse mail, numéro de téléphone).

Lutter contre l’illettrisme

Au-delà de cet après-midi convivial, le Dictée du Rotary permet surtout d’informer sur ce qu’est l’illettrisme dans un système où la communication tient une place primordiale, à une époque où les échanges interculturels sont de plus en plus élevés.

« Notre but est de faire parler de l’illettrisme, surtout à une époque où il est imposé aux migrants d’apprendre le français, explique Claude Seillier. Un illettré se sent toujours en souffrance, exclu d’un système où beaucoup de choses reposent sur la communication. »

L’alphabétisation et l’éducation de base étant l’un des six domaines d’actions prioritaires du Rotary, Claude Seillier se félicite des actions menées à Millau par l’association Myriade, « qui fait un gros travail dans ce domaine ». Et de rappeler ce qu’est l’illettrisme : « On appelle illettrisme la situation de personnes scolarisées n’ayant pas acquis une maitrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante ».

En France, 3 millions de personnes seraient illettrées, soit 9% de la population âgée de 18 à 65 ans…