Plan loup : 40 bêtes pourront être abattues en 2018

(Photo : Wikipedia)

Le gouvernement a adopté, ce lundi 19 février, le nouveau « plan loup » pour la période 2018-2023. Un texte qui autorise l’abattage de 40 loups d’ici au 31 décembre 2018. Le même plafond qu’en 2017, mais sur une année civile, et non plus de juillet à juin.

En contrepartie, la présence controversée du canidé sur le territoire sera pérennisée, puisque le plan prévoit la présence de 500 individus d’ici 2023 contre environ 360 actuellement.

Ce plafond de 40 loups abattus pourra être « actualisé une fois connus les chiffres de la population au printemps, pour être porté à 10% de l’effectif moyen de la population à partir de 2019 ». « Dans l’hypothèse où ce plafond serait atteint avant la fin de l’année civile, le préfet coordonnateur aura la possibilité d’activer l’autorisation de tirs de défense additionnels dans la limite de 2 % supplémentaire », ajoute le Plan.

« En cas de situation exceptionnelle, précise le document, le préfet coordonnateur pourra autoriser les tirs de défense simple au-delà de ce plafond pour que les éleveurs puissent se défendre toute l’année ».

Les indemnisations des éleveurs touchés par les loups, qui ont atteint un montant record de 3,2 millions d’euros en 2016, seront désormais conditionnées à la mise en place préalable de mesures de protection.

Rappelons qu’en 2016 en France, quelque 10.000 brebis auraient été blessées ou tuées par des loups. La majorité dans les Alpes, mais notre région (notamment le Larzac), a aussi été touchée.